Category

PROTHESE DE GENOU

Prothèse de genou et mobilité articulaire

Comme le laisse à penser les questions posées dans notre groupe Facebook, les patient(e)s devant subir prochainement une arthroplastie du genou semblent inquiet(e)s quant à leur capacité à recouvrer leur mobilité articulaire après la pose de la prothèse. Voici donc quelques indications qui devraient vous rassurer.

En phase post-opératoire

La mobilité se manifeste par une diminution très importante en postopératoire immédiat, puis par une récupération progressive (minimum de 5° par semaine). De manière synthétique, selon l’HAS (Haute Autorité de Santé) l’amplitude de flexion du genou est de 65° à 70°, 5 jours après l’opération, puis de 80° à 90° à J+12.

Plusieurs mois après l’opération

La mobilité est récupérée au bout de 12 mois. Elle est alors, en général, égale à la mobilité préopératoire. Les études ont en effet démontré que la valeur préopératoire de la flexion du genou est le meilleur indicateur prédictif de la flexion postopératoire.

Les études sont intéressantes pour donner une tendance mais n’oubliez jamais que chaque patient est un cas particuliers.

Pour la majeur partie des patients équipés d’une prothèse de genou (75%), la mobilité en flexion du genou est d’environ 110° – 120° (ce qui permet de faire la plupart des gestes du quotidien).

La marche se fait normalement avec un périmètre de marche de l’ordre de trois kilomètres. Chez certains patients, le résultat est encore meilleur, autorisant une marche illimitée.

La montée des escaliers est pratiquement normale (la descente nécessite parfois le recours à le rampe d’escalier). Une activité sportive légère (sans percussions sur l’articulation) est aussi possible. En règle générale, la conduite automobile est permise au terme du 2ème mois.

Rejoignez notre communauté de patients sur Facebook et partagez votre expérience

J'arriiiive !

Les sucres rapides : ennemis ou amis ?

Les sucres rapides font partie des nutriments qui favorisent le processus inflammatoires. Il est donc préférable de limiter les aliments qui ont un index glycémique supérieur à 70.

Ces aliments sont rapidement absorbés par l’organisme et élèvent le taux de sucre sanguin. Les sucres rapides sont acidifiants et provoquent la glycation. Durant ce phénomène, appelé Réaction de Maillard, les sucres se fixent sur les protéines. Cette glycation est à l’origine de la production de cytokines qui sont des protéines qui s’attaquent aux cartilages articulaires et aggravent les réactions inflammatoires.

Nous vous recommandons donc de limiter votre consommation de bonbons, de confiseries, de gâteaux, de boissons sucrées, de sodas, de desserts… Tous ces sucres rapides favorisent le processus de la glycation et réduisent la capacité des articulations à supporter les chocs, le poids du corps et à assurer la fluidité des mouvements.

Par ailleurs, la consommation régulière de ces aliments favorisent la prise de poids qui risque de contribuer à accentuer vos douleurs articulaires.

Si vous avez une petite faim, préférez les fruits à ces sucres générateurs de processus inflammatoires.