On vous a diagnostiqué une arthrose. Désormais vous savez qu’elle est l’origine de cette douleur qui vous assaille. Mais vous a t-on pour autant bien expliqué ce qu’est cette maladie et ce qu’elle n’est pas ? C’est tout l’objet de cet article.

L’arthrose est une maladie qui se traduit par une destruction anormale des articulations. Le cartilage présent dans les articulation qui assure son bon fonctionnement se détruit et se renouvelle de façon lente et équilibrée. Cependant on observe comme pour les cellules du cerveau une altération inéluctable des capacités de fabrication et de renouvellement du tissu qui vont rendre le cartilage plus fragile.

Dés lors, au cours du vieillissement, le cartilage soumis à certaines agressions comme une surcharge de poids, va s’altérer, ce qui va conduire à l’arthrose.

Ce phénomène n’est pas donc uniquement lié à l’âge, ni à l’usure de l’articulation mais à des facteurs biologiques qui stimulent la destruction du cartilage.

L’arthrose primitive et ses causes

Les causes exactes de l’arthrose ne sont pas encore parfaitement identifiées.
S’il n’existe pas de lésion préexistante de l’articulation touchée par l’arthrose, on parle d’arthrose primitive. L’arthrose primitive peut être favorisée par certains facteurs, comme le vieillissement ou la surcharge mécanique de l’articulation (surpoids, anomalie architecturale de l’articulation) ; les anomalies du métabolisme (diabète, etc.) et peut-être une origine hormonale. Il peut exister également une prédisposition familiale.

  • Sexe et Hormones

Les hormones sexuelles féminines (œstrogènes) pourraient jouer un rôle protecteur. En effet, l’arthrose des mains et des genoux est plus fréquente chez la femme après 65 ans qu’elle ne l’est chez l’homme.

  • L’hérédité – La génétique

Certaines localisations de l’arthrose, en particulier la main et le genou, pourraient être plus fréquentes dans certaines familles.

  • Les anomalies du métabolisme – Obésité, Diabète…

L’obésité est un facteur de risque majeur d’arthrose du genou (gonarthrose). La surcharge pondérale précède l’arthrose du genou de plusieurs années. La perte de poids même modérée protège l’articulation (perdre environ 5kgs diminue le risque de gonarthrose de 50 % pendant 10 ans). Le diabète est aussi un facteur de risque émergent. Plusieurs travaux ont mis en évidence le rôle néfaste d’un excès de sucre sur le cartilage. C’est surtout l’effet cumulatif des facteurs de risque en plus de l’obésité qui favorise l’arthrose notamment du genou.

L’arthrose secondaire et ses causes

Si l’arthrose survient sur une articulation fragilisée par des lésions plus ou moins anciennes ou une maladie du cartilage, on parle d’arthrose secondaire. L’arthrose peut être secondaire à un traumatisme de l’articulation, comme une atteinte d’un ménisque ou d’un ligament croisé au genou ou une maladie inflammatoire articulaire qui aurait abimé une articulation.

  • Les infections articulaires, mais également les maladies inflammatoires telles que la polyarthrite rhumatoïde peuvent abimer tout ou partie de l’articulation.
  • L’ostéonécrose (qui correspond à la nécrose ou mort plus ou moins étendue de l’os situé sous le cartilage) et qui, dans certaines formes peuvent évoluer vers une arthrose secondaire.
  • Des maladies rares dites de surcharge, qui se caractérisent par l’accumulation de différentes molécules dans le corps et en particulier dans l’articulation entraîne une arthrose. Par exemple :
    • L’accumulation de cuivre, comme dans la maladie de Wilson,
    • L’accumulation de fer, comme dans l’hémochromatose ;
    • L’accumulation d’acide homogentisique comme dans l’ochronose.
  • Les pathologies dites microcristallines (car à l’origine de la formation de petits cristaux au sein des articulations) comme la chondrocalcinose (CCA) peuvent aussi être fréquemment à l’origine d’une arthrose secondaire.
  • Les antécédents de traumatisme articulaire tels que les fractures et les luxations, voire même des incidents plus mineurs, peuvent augmenter le risque de survenue d’une arthrose. Ces facteurs ont été particulièrement bien étudiés au niveau du genou pour les lésions des ligaments croisés et des ménisques.

Les facteurs qui fragiliser l’articulation et favorise l’apparition de l’arthrose.

  • L’inégalité de longueur de membres inférieurs lorsqu’elle est supérieure à 2 cm (entrainant une boiterie).
  • Les hyperlaxités, les anomalies morphologiques (appelées dysplasie de hanche  ou  du genou (déformations dites en genu varus ou valgus, …) peuvent également induire un risque de développer une arthrose.

Rejoignez notre communauté de patients sur Facebook et partagez votre expérience

J'arriiiive !