Les patients souffrant d’arthrose cherchent principalement deux choses : conserver leur mobilité articulaire et réduire la douleur. Pour ce dernier objectif, la sophrologie constitue une alternative douce et efficace aux traitements médicamenteux qui finissent, sur le long terme, par vous ruiner l’estomac.

Qu’est que la sophrologie ?

La sophrologie a été crée en 1962 par Alfonso Caycedo, professeur neuropsychiatre. Il associait des techniques occidentales (hypnose, autosuggestion, training autogène, phénoménologie…) et orientales ( yoga, méditation, zen…). Cette technique psychocorporelle, proche de l’hypnose, de la méditation et du yoga, favorise ainsi le lâcher-prise en associant des mouvements doux, un travail de respiration et des suggestions mentales apaisantes guidées par la voix du sophrologue.

Les avancées médicales en imagerie cérébrale ont permis d’affirmer que le cerveau ne fait pas la différence entre les situations vécues et celles imaginées. Les régions cérébrales activées lorsque l’on imagine une situation sont les mêmes que lorsque l’on vit réellement cette même situation.

Retrouver temporairement un état de bien-être libère dans le cerveau de l’endorphines, un neurotransmetteur qui améliore l’humeur, la santé et aident à lutter contre la douleur.

Rejoignez notre communauté de patients sur Facebook et partagez votre expérience

J'arriiiive !

Comment ça marche ?

En vous concentrant sur vos symptômes, vos handicaps et vos douleurs, vous vous crispez et entretenez un cercle vicieux qui ne fait qu’amplifier votre perception de la douleur. La sophrologie, vous permet de vous extraire de ce processus négatif par des exercices respiratoires, un relâchement musculaire et des projections mentales positives. In fine, votre perception de la douleur évolue la rendant plus acceptable.

Une séance de sophrologie individualisée se déroule généralement en 4 temps :

  1. Un échange verbal entre le patient et le sophrologue pour faire le point sur la situation ;
  2. Des mouvements adaptés à la pathologie alliant respiration, contraction et décontraction musculaire, assis ou debout ;
  3. La visualisation mentale d’images positives, généralement en position allongée ;
  4. Puis, si la personne le souhaite, la description du ressenti de la séance.

Notez bien que la sophrologie ne fonctionne qu’à condition d’en faire une routine régulière, c’est le processus de répétition qui permet d’affiner ses ressentis, de changer ses perceptions et d’avoir des prises de conscience.

Combien ça coute ?

Les tarifs varient de 40 à 80 € la séance (60 € en moyenne). Ce coût n’est pas remboursé par l’assurance maladie mais il est de plus en plus pris en charge par certaines mutuelles (dans la limite d’un certain nombre de séances). Il faut généralement plusieurs séances d’une heure (entre 7 et 12) pour atteindre un objectif thérapeutique. Ces séances s’effectuent en présenciel ou en visio-conférence, pratique qui s’est largement développée depuis le début de la crise de la COVID 19.

Comment choisir son sophrologue ?

Depuis 2011, La CNCP (Commission Nationale de la Certification Professionnelle) organisme rattaché au Ministère du Travail a enregistré le premier certificat professionnel de sophrologue dans son répertoire national (RNCP – Répertoire National de la Certification Professionnelle). Il est donc important de vérifier que votre sophrologue a bien suivi une formation inscrite au RNCP et qu’il est membre de la Chambre Syndicale de la Sophrologie. La réputation du praticien et votre feeling feront le reste.